• 0327 41 20 90
  • info@enaip-france.fr

Archive quotidienne20 juin 2017

Formation Professionnelle continue, un enjeu économique sociale et sociétal!

Dans l’époque de la  globalisation, où une économie de la connaissance, qui est marquée par la création continue de nouveaux métiers, de nouveaux modes de consommation, de nouvelles organisations du travail et par l’accélération de l’obsolescence des compétences, la formation professionnelle continue apparaît comme un enjeu stratégique pour les individus soient eux demandeurs d’emploi, jeunes ou seniors, mais aussi pour les entreprises et les territoires.

Moteur trainant de compétitivité hors coûts, la Formation professionnelle continue , constitue un facteur essentiel d’innovation et de croissance. Sans formation, pas de croissance durable pour notre économie globalisée. Elle est un élément  vital pour permettre l’émergence et le développement des nouveaux secteurs d’activité.

La formation professionnelle accompagne en réalité les mutations technologiques, le changement des organisations, et permet à plusieurs millions de personnes chaque année de renforcer leur employabilité. Elle doit sans cesse s’adapter aux nouveaux besoins des individus et des entreprises, ce qui requiert toujours plus d’individualisation, et de mobilité.

Tous les pays développés investissent massivement dans la formation continue. L’OCDE considère d’ailleurs qu’à horizon 2060, celle-ci représentera jusqu’à 10% du temps de travail des actifs, soit largement plus du double d’aujourd’hui. Dans ce contexte, la formation professionnelle  doit pouvoir se développer dans un écosystème rationnel et efficient, reposant sur des objectifs partagés et une évaluation continue.

L’enjeu, aujourd’hui, est d’assurer la lisibilité de l’offre de formation, et donc de mieux faire connaître et reconnaître les démarches Qualité qui ont fait leurs preuves.

La formation professionnelle est porteuse  de compétitivité des entreprises ; elle renforce l’employabilité des salariés ainsi que celle des demandeurs d’emploi et, dans une économie de la connaissance, est un facteur important d’innovation et de croissance.

Elle favorise l’insertion ou la réinsertion professionnelle des individus ;

Elle permet aux salariés de se maintenir dans l’emploi, de s’adapter aux mutations de l’économie, de développer leurs compétences, et d’accéder à de nouveaux niveaux de qualification professionnelle ;

Elle favorise l’élévation personnelle et l’engagement des salariés dans leur travail en les impliquant par l’apprentissage individuel ;

Elle accroît leur autonomie dans la gestion de leurs parcours professionnels, à une époque où les carrières sont de moins en moins linéaires.

A ce titre, la formation professionnelle des salariés et celle des demandeurs d’emploi ne s’opposent pas. La formation professionnelle a pour missions complémentaires :

d’accompagner le maintien dans l’emploi et l’acquisition de compétences ;

d’insérer sur le marché du travail ceux qui ne sont pas en emploi, et réduire la coupure entre internes  et externes.

Former bien  les  salariés permet à l’entreprise une gestion évolutive des ressources humaines et constitue un investissement en capital humain ;

Elle maintient l’adaptation des compétences aux métiers de demain, garantissant ainsi son développement que sa pérennité sur le marché ;

Pour les territoires, elle est un moteur de développement local. Une saine politique de formation professionnelle produit un effet positif  de développement  d’attractivité, d’innovation et de circulation des connaissances et compétences ;

L’éducation et la formation sont la source de la croissance durable d’un pays et de la lutte contre le chômage. La formation professionnelle permet d’ajuster les compétences aux besoins du marché du travail ;

La formation professionnelle, en contribuant à la réinsertion des sujets  faibles, est un facteur de cohésion sociale ;

Dans une économie mondialisée, elle permet de gagner en compétitivité hors coûts par la montée en gamme.